Pilotage-et-coordination-d’un-projet-transverse

Comment maitriser le pilotage de vos projets & produits ?

Comment maitriser le pilotage de vos projets & produits ?

25 juillet 2023

– 3 minutes de lecture

Agilité, Projets & Produits

Fanny Bobeau

Team Leader Pilotage Projets Produits

Nous vous accompagnons dans le pilotage de vos projets & produits !

Comment rendre plus performant votre gestion des produits et projets ?

Notre approche se met en œuvre sur 3 niveaux :

Méthodologique
Stratégique
Opérationnel

Nous accompagnons vos collaborateurs vers plus de maîtrise, plus de confiance, plus d’autonomie.

accompagnement-pilotage
projet-agile
cible-produits
3-Axes-projets
Valeur-projets
application-stratégie
identifier-besoins
expertise-projet-produit
innovation-maitrise
culture-confiance
accompagnement-pilotage
projet-agile
cible-produits
3-Axes-projets
Valeur-projets
application-stratégie
identifier-besoins
expertise-projet-produit
innovation-maitrise
culture-confiance

Les autres articles qui peuvent vous intéresser 


montee-competences-agiles-equipe

Qui sommes nous ?

Qui sommes nous ?

25 juillet 2023

– 3 minutes de lecture

Bastien Gesland

Chargé Marketing & Communication

Salut, nous c’est Rhapsodies Conseil !

La localisation a aussi toute son importance lorsque l’on recherche une nouvelle opportunité professionnelle ​

À 2 pas de la gare Saint-Lazare, nos locaux sont idéalement situés

Tout près des salles de sport ​
d’un large choix de restaurants
des centres commerciaux ​
et des bars pour les afterworks

Tout ça avec un passe Navigo pris en charge à 100%

Si vous voulez voir nos locaux par vous-même
Postulez et nous nous ferons un plaisir de vous accueillir pour discuter de votre projet professionnel

qui-sommes-nous
Locaux-agréables
avantages-économiques
Avantages-tickets-restau
emplacement-centre
convivialité
qui-sommes-nous
Locaux-agréables
avantages-économiques
Avantages-tickets-restau
emplacement-centre
convivialité

Les autres articles qui peuvent vous intéresser 

analyse matrice socio dynamique

4 actions majeures pour aligner la Gouvernance It avec les ambitions de la DSI

4 actions majeures pour aligner la Gouvernance It avec les ambitions de la DSI

19 juillet 2023

– 3 minutes de lecture

Aaliyah Patel

Alternante Marketing & Communication

Les actions majeures pour aligner la Gouvernance IT avec les ambitions de la DSI 

Votre gouvernance IT n’est pas alignée avec les ambitions de votre DSI ?

Des signaux doivent vous mettre la puce à l’oreillle
Manque de repères sur l’avancée des projets métiers
Collecte d’informations hétérogènes, parfois contradictoires, à intervalles irréguliers
Des projets se lancent en dehors du contrôle de la DSI sur certains métiers ou géographies

L’équipe CIO Advisory vous dévoile les 4 grands axes majeurs pour réaligner votre gouvernance IT

Établissez une cartographie des référents métiers par géographie
Mettez en place les instances de gouvernance
Formalisez et partagez les priorités de la DSI
Définissez et partagez les KPI & les risques

Gouvernance IT
diagnostic
signaux gouvernance
cartographie
instances de gouvernance
priorité DSI
partagez KPI
Gouvernance IT
diagnostic
signaux gouvernance
cartographie
instances de gouvernance
priorité DSI
partagez KPI
développer n'est pas modéliser

Pourquoi la modélisation de données est-elle indispensable ?

Pourquoi la modélisation de données est-elle indispensable ?

19 décembre 2022

– 5 min de lecture

Lionel Martin

Consultant Senior Architecture

Savez-vous que lancer les développements d’une solution sans modélisation de données, c’est comme construire une maison sans en avoir fait les plans ?

Si vous voulez avoir des solutions performantes et pérennes pour vos projets de transformation de vos SI, utilisez la modélisation de données, et en particulier la modélisation de données conceptuelle, comme un levier de performance.

Stocker des données n’est pas modéliser des données

Très souvent après avoir validé vos projets de transformation des SI pour atteindre les enjeux métier d’entreprise, l’objectif est de rapidement importer les premières données pour pouvoir les rendre ‘visibles’ et avoir des premiers résultats ‘concrets’.

Des développements sont donc lancés, sans l’étude préalable des données et des concepts nécessaires pour faire le lien avec le métier de l’entreprise. Ces développements conduisent à définir des tables et des jointures avec pour objectif de stocker des données. C’est la modélisation de données dite physique. L’objectif n’est pas le bon à ce stade. C’est une vision de solution court-termiste.

Une notion importante à appréhender est que le stockage des données et la structure de la base de données impactent directement la restitution, et donc l’usage des données. Cette structure est développée au travers du modèle de données physique.

Si vous mélangez les notions de modèle de données physique et de modèle de données conceptuel, et si vous ne comprenez pas bien les concepts fonctionnels manipulés, alors le modèle de données physiques ne répondra pas à tous les besoins adressés.

Toutes ces questions sont adressées au travers de la modélisation de données et en particulier la modélisation de données conceptuelle.

Dès lors, quels sont les objectifs de la modélisation de données ?

Nous avons vu que lorsque nous pensons modélisation de données, nous pensons tables, jointures, clefs étrangères. En réalité, cela revient à penser, tuyaux en PVC ou en cuivre, briques ou parpaings, avant même de savoir si nous souhaitons une maison de plain-pied ou à étages. La modélisation de données conceptuelle est donc une obligation.

Le modèle de données conceptuel conceptuel permet de définir des concepts (étonnant, non ?) transverses à l’entreprise, clairement définis entre les parties prenantes. Ces concepts sont liés pour répondre à un ensemble d’usages, qui lorsqu’ils sont regroupés dans des fonctions (définies au travers de l’architecture fonctionnelle), constitueront la solution informatique répondant aux besoins.

Le modèle de données conceptuel doit d’abord répondre à des usages propres au métier de l’entreprise. Prenons un modèle de données client par exemple. Il sera différent pour un assureur ou pour un industriel. Il sera également différent entre deux assureurs du fait de leur positionnement sur le marché. Le modèle conceptuel est donc basé sur l’utilisation des données qu’il contient : les usages valident le modèle. 

La modélisation de données : une démarche à valeur ajoutée pour la DSI et surtout pour le métier

Le modèle de données conceptuel décrit les données stockées dans la solution de manière compréhensible par les métiers. D’autre part, il impose une démarche rigoureuse de conception concourant à la réussite du projet.

La modélisation de données doit ainsi commencer par lister les usages et les données sous-jacentes ou associées. S’entourer à la fois d’experts des données et d’experts métier est donc la clé. En effet, nous avons mis en évidence plus haut que le modèle de données conceptuel doit répondre aux deux enjeux à la fois : 

Construire et valider le modèle de données conceptuel est donc une démarche itérative afin d’échanger très régulièrement entre le métier, les experts de la donnée et la DSI.

Un modèle de données conceptuel performant est avant tout un modèle métier qui traduit des besoins métiers : on ne peut modéliser sans avoir une expression de besoin décrivant les usages.

La modélisation conceptuelle s’inscrit également dans une démarche de gouvernance des données. En effet, les premières questions posées naturellement quand le modèle de données se construit sont par exemple : quelle est la définition de ce concept ? dans quel cycle de vie s’inscrit-il ? etc. Les métiers définissent les concepts, les périmètres et les responsabilités avec le modèle de données conceptuel.  

Avec cette démarche, en tant que DSI, vous minimisez les risques de choix court-termistes et de complexité de la solution développée. Vous bénéficierez ainsi d’une solution évolutive, maintenable, documentée et qui minimise également le shadow IT.

En tant que métier, cela vous permet d’être au plus proche des développements et vous comprenez grâce au modèle de données conceptuel, les données manipulées dans la solution. Vous minimisez ainsi les risques d’inadéquation avec les attentes métier.

En tant que responsable projet, product owner, ou responsable SI, imposez donc d’avoir une démarche de modélisation de données qui commence par un modèle conceptuel dans tous vos projets SI. Il est un facteur clef de réussite !

La modélisation de données : une compétence clé

La gestion du cycle de vie du modèle de données conceptuel et des impacts sur le stockage des données (base de données), doivent être suivis et validés par une personne experte en modélisation de données. Le cycle de vie du modèle de données est un processus lent dont les évolutions ne se voient pas forcément. 

Une modélisation de données performante doit garantir une cohérence, une intégrité et une interopérabilité des données et des solutions. Une mauvaise modélisation de données crée ainsi lentement des blocages SI pour de futurs usages. Une illustration simple de cette mauvaise modélisation de données, est de laisser en attributs des données qui ont des cycles de vie différents de l’objet auquel ils sont rattachés. Multipliés par le nombre de données à l’échelle de l’entreprise et ajoutés à la complexité d’un modèle, ces problèmes de modélisation de données rendent le SI rigide.

La modélisation de données est donc une compétence spécifique. C’est une expertise qui s’acquiert au fur et à mesure des projets. Elle est nécessaire aux équipes de conception telles que les Business Analysts et les Architectes de données.

La modélisation de données, un facteur clef de succès de la transformation des SI

La modélisation des données est donc indispensable à un projet de développement de solution informatique. Comme évoqué précédemment, avec le modèle de données conceptuel, elle manipule des concepts métier de l’entreprise. Elle doit donc se projeter et anticiper les nouveaux concepts nécessaires aux nouvelles demandes client. Elle garantit ainsi l’agilité et l’évolutivité de votre solution face à la diversité des usages à adresser pour répondre aux demandes client en perpétuelle évolution.

Une question reste alors : la modélisation de données dépendant de la qualité des données des concepts métier, est-ce que les processus métier actuels de l’entreprise peuvent être modifiés pour fournir la qualité des données nécessaires aux nouvelles demandes client ?

conformité rgpd

Les 4 principaux points à surveiller pour un site internet conforme au RGPD

Les 4 principaux points à surveiller pour un site internet conforme au RGPD

5 décembre 2022

– 6 min de lecture

Louis Allavena

Consultant Transformation Data

Le site internet est une vitrine de l’entreprise, celui qui vous permet de vous présenter à vos
partenaires, candidats, clients, prospects… bref, à tout votre écosystème. Il est donc primordial qu’il
donne confiance quant à la gestion des données de vos visiteurs, et qu’il soit conforme à la
réglementation en vigueur. Un site conforme au RGPD, transparent sur l’utilisation qu’il fait des
données que le visiteur lui fournit, offre une bonne première impression et évite de devoir expliquer
à vos clients que vous n’êtes pas conforme RGPD si la CNIL décide d’auditer votre entreprise.

Le RGPD n’est pas l’unique règle qu’il faille appliquer pour considérer son site internet
comme absolument conforme (règle EPrivacy, régle de régulation des mentions légales, …). Nous
nous sommes principalement focalisés ici sur le RGPD.

Il n’est toutefois pas toujours aisé de démêler concrètement les impacts de la réglementation sur
votre site et de savoir s’il est bien en phase avec celle-ci. Chez Rhapsodies Conseil, nous vous avons
donc préparé une synthèse des quelques points clefs auxquels vous devez vous intéresser.

1. Les cookies

Première action du visiteur sur le site : le bandeau cookie

Un bandeau cookie, doit répondre à 3 obligations indispensables :

Les boutons accepter tous les cookies et refuser tous les cookies sont obligatoires. L’interface ne doit pas avantager un choix plus qu’un autre, les deux boutons doivent, entre autre, avoir la même taille, la même forme et la même couleur.

Le bouton paramètrage n’a pas l’obligation d’être identique aux deux autres, et doit permettre de choisir quel type de cookie j’accepte et quel type de cookie je refuse.

Lors du paramètrage, les opt-in doivent obligatoirement être désactivés par défaut. Accepter tel ou tel type de cookie doit résulter d’une action du visiteur.

Une image contenant table

Description générée automatiquement

Chaque type de cookie (Fonctionnel, Performance, Analytique, …) doit être décrit afin d’éclairer le visiteur dans son choix. Chaque choix doit se faire par finalité, c’est-à-dire que le visiteur peut refuser les cookies de Performance et de Publicité et accepter tous les autres sans que son parcours sur le site ne soit différent.

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Tant que le visiteur n’a pas donné son accord explicite de dépôt de cookies (autre qu’obligatoire), aucun cookie ne doit être déposé.

L’utilisateur doit pouvoir revenir sur son choix dès qu’il le souhaite, il doit donc y avoir un moyen pour le visiteur de revenir sur le paramétrage des cookies afin de refuser/accepter les cookies.

Il arrive souvent que, bien que le bandeau cookie permette de refuser le dépôt de certains cookies, celui-ci ne soit pas totalement fonctionnel. Il est donc primordial de vérifier régulièrement que l’outil de paramétrage est bien opérationnel.

Enfin, il est indispensable de pouvoir conserver la preuve du consentement (article 7 du RGPD).

Le visiteur doit pouvoir accéder à la politique d’utilisation des cookies, rapidement et avant de faire son choix. Un lien vers la politique d’utilisation des cookies doit donc être présent sur le bandeau

Cette Politique des cookies doit comprendre : une description de ce qu’est un cookie, une description de comment supprimer les cookies par navigateur, la finalité et la durée de conservation des cookies, le type de cookies et préciser (dans le cas d’un cookie tiers) le tiers en question et le lien vers sa propre politique de confidentialité ou de cookies. Contrairement aux idées reçues, la liste exhaustive des cookies n’est pas obligatoire.

ATTENTION : les cookies collectent des données personnelles, ils ne peuvent donc pas être transférés vers des pays où la réglementation sur la protection des données personnelles n’est pas conforme au RGPD. Les Etats-Unis, par exemple, ne donnent pas une protection sur les données personnelles suffisante pour que les données y soient envoyées. L’utilisation des Cookies Google Analytics (_ga, _gat, …) n’est donc pas acceptée.

2. Les mentions d’informations et la charte des données personnelles

Les mentions d’informations sont les petits textes se trouvant sous les « points de collecte de données » (Newsletter, point de contact, inscription, …). Afin de pouvoir faciliter la compréhension, j’aime décrire les mentions d’informations comme une « charte des données personnelles spécifique au point de collecte »

Une mention d’information doit notamment contenir certaines informations que sont : 

Une image contenant texte

Description générée automatiquement

Toutes les informations peuvent se trouver dans un texte sous le point de collecte, il est possible de créer une page spécifique à la mention d’information accessible via un lien (cf. exemple ci-dessus). L’important est de respecter le principe de transparence qui implique que les informations soient présentées d’une forme claire. Il est conseillé que cela soit ludique et adapté aux interlocuteurs concernés.

La charte des données personnelles quant à elle est indispensable dès qu’une donnée personnelle est collectée sur le site. Cette charte doit comprendre les informations suivantes :

La charte doit être mise à jour dès qu’un nouveau traitement est créé.

Il est possible que vous n’ayez pas besoin de créer de charte des données personnelles. C’est le cas si les mentions d’informations de tous les points de collecte de votre site internet contiennent des mentions d’informations spécifiques et complètes comprenant les informations obligatoires. Si vous répondez à ce cas de figure, il vous faudra cependant une charte des cookies.

3. CGU, CGV, mentions légales

Les CGU ne sont pas obligatoires mais apportent un cadre d’utilisation du site internet (droits et obligations respectives à l’éditeur et au visiteur). Si votre site internet n’est qu’une vitrine et qu’il ne permet pas la création d’un compte, un achat, le dépôt d’un commentaire, … il n’est pas obligatoire d’avoir des CGU.

Cependant, celles-ci sont indispensables dans les cas contraires. En effet, les CGU peuvent être considérées comme le “règlement intérieur du site”. Elles donnent les droits de l’utilisateur, ses responsabilités et également celles en cas de non-respect.

Les droits de l’utilisateur doivent être précisés, par exemple dans le cas de la création d’un espace personnel. Ces dispositions des conditions générales d’utilisation permettent d’engager la responsabilité de l’utilisateur en cas de dommage résultant du non-respect desdites obligations.

Francenum.gouv.fr

L’utilisateur du site doit accepter explicitement les CGU pour qu’elles puissent être considérées comme légales.

Contrairement aux CGU, les CGV sont obligatoires dès que le site propose un service de paiement, vente, livraison en ligne. Les CGV correspondent à la politique commerciale du site internet (modalité de paiement, délais de livraison, rétractation, …). Elles sont particulièrement utiles en cas de contentieux. Cependant, il n’est pas obligatoire de les avoir disponibles directement sur votre site internet, si vos clients sont professionnels (B2B). Elles le sont si vos clients sont des particuliers (obligation précontractuelle d’information du vendeur). Pour chaque vente, les CGV doivent être acceptées par le particulier (B2C).

Les mentions légales sont les informations permettant d’identifier facilement les responsables du site. Pour une personne physique, il faut inclure : 

Pour une personne morale (une société), il faut inclure : 

Il est aussi impératif de préciser les mentions relatives à la propriété intellectuelle :

En complément de ces informations, il est indispensable d’inclure :

Certaines activités impliquent d’ajouter certaines informations : 

4. Le principe de minimisation

Très souvent, on a tendance à vouloir collecter le plus de données possibles « au cas où », sans finalité précise. Cependant, depuis le RGPD, le principe de minimisation limite cette tendance.

Le principe de minimisation prévoit que les données à caractère personnel doivent être adéquates, pertinentes et limitées à ce qui est nécessaire au regard des finalités pour lesquelles elles sont traitées.

CNIL

Ainsi, il n’est plus possible de collecter des données ne pouvant pas être justifiées par la finalité de traitement. Par exemple, demander le genre de la personne pour une inscription à une Newsletter n’est pas possible, sauf si on le justifie (par ex. le contenu de la Newsletter est différent selon que l’on est un homme ou une femme).



Ces quelques points vous donnent une première approche à avoir pour vérifier que votre site est bien conforme. La revue du site est aussi un bon moyen de faire une passe sur les données collectées et lancer une véritable mise en conformité de vos traitements de données (bases de données, contrats, CRM, …).

Chez Rhapsodies Conseil, nous nous appuyons sur des outils internes et externes qui ont fait leurs preuves et sur l’expertise de consultants expérimentés pour analyser la conformité de vos sites internet.

paiement domestique SEPA

Table ronde FPF : Le Futur du Paiement de Proximité

Table ronde FPF : Le Futur du Paiement de Proximité

16 mars 2022

– 1 min de lecture

Ikbel Snoussi

Senior Manager Retail Payments

Rhapsodies Conseil a participé à la table ronde FPF organisée par France Payments Forum le 8 avril 2021. Lors de cet événement, Hervé de France Payments Forum, Damien de Galitt, Sami de Hipay, Jean-Michel de Mercatel, Aude de Market Pay, Hervé de Arkea, Régis de Worldline et Ikbel, notre Senior Manager et expert Digital Payment Experience ont échangé sur les nouveaux modes de paiement en point de vente.

Ce sujet, bien que les événements liés à la pandémie de COVID-19 soient d’actualité, a été choisi étant donné que la Commission Européenne a établi une nouvelle stratégie de paiement.

Le débat présenté a permis de montrer les scénarios potentiels d’évolution des paiements au point de vente et les préalables qu’il faudrait lever pour les réaliser.

Vous souhaitez (re)voir la table ronde en partie ou en intégralité? Cliquez sur le bouton play situé ci-dessous.

Les autres articles qui peuvent vous intéresser