orchestration micro-services
Architectures innovantes - Articles

Orchestration et gestion de la cohérence des micro-services : quels enjeux ?

Lorsque l’on recherche sur Linkedin des experts en micro-services, les résultats sont nombreux… Y a-t-il une explosion des pratiques micro-services au sein des entreprises ou est-ce une surévaluation des expériences professionnelles ? Qu’est-ce qui nous rend pertinents sur le sujet ?

Qui fait réellement des micro-services ?


Infographie microservices


CEUX QUI N’ONT EN FAIT PAS COMPRIS CE QUE C’EST…

Un micro-service est un service qui embarque des composants applicatifs et des données : nous entendons souvent parler de “frontal découpé en micros-services” ou “code applicatif découpé en micro-services” ou “j’ai créé un container Docker, j’ai produit un micro-service”. 


Sans vouloir rentrer dans le débat de la pertinence de ces pratiques, nous pouvons affirmer qu’elles ne suffisent pas pour déclarer adhérer à une démarche micro-services.

 

CEUX QUI FONT DES MICRO-APPLICATIONS…

Il s’agit là de micro-services que nous n’avons pas besoin d’appeler micro-services. 

Il s’agit d’une application, créée pour un besoin très spécifique. 


Le découpage autour d’une seule API, liée à un domaine bien spécifique, pour un cas d’usage très précis, avec une base de données dédiée, est logiquement associable à un micro-service. Néanmoins, bien que l’appellation soit correcte, avoir contribué à ce type de réalisation ne nous rend pas forcément éligibles à des projets micro-services d’envergure…

 

CEUX QUI FONT RÉELLEMENT DES MICRO-SERVICES…

Seuls ceux qui y ont réellement contribué connaissent les vrais enjeux : sachez les identifier. Nous parlons ici d’une vraie approche micro-services qui suppose une réflexion data, mais également de l’orchestration et de la gestion de la cohérence.


Nous allons donc amorcer une première analyse de ces enjeux majeurs en nous focalisant surtout sur un des points clés de complexité : la gestion des adhérences entre micro-services (nous n’allons pas aborder les sujets de sécurité et gouvernance au sein de cet article, ils seront abordés dans une publication à venir).


Un micro-service, comme décrit dans le précédent article, doit être indépendant et isolé. Ces caractéristiques sont difficiles à obtenir quand le micro-service est créé et utilisé au sein d’un processus complexe demandant des orchestrations complexes.

 

Quels enjeux pour l’orchestration et la gestion de la cohérence des micro-services ?

L’ORCHESTRATION des micro-services

Les micro-services, par leur nature, peuvent ne pas entièrement satisfaire à un processus ou à une étape de ce processus.


Pour pallier à ce besoin, une orchestration peut être réalisée en se basant sur des architectures de référence, selon le degré de complexité. Pour les cas les moins complexes, nous pouvons utiliser les
backends des frontaux (avec par exemple une application BFF, Back For Front). Cette orchestration restera très spécifique à un cas d’usage. Il s’agit ici de l’enchaînement par exemple des appels vers deux micro-services, en lecture, car un seul ne suffit pas à garantir une expérience utilisateur complète (je retrouve les contrats d’un client et pour chaque contrat je lui montre les commandes associées).


Dans des cas plus complexes, ou hautement réutilisables, nous pouvons baser notre démarche sur d’autres outils. L’orchestration pourra alors être réalisée :

  • Par un moteur d’orchestration maison, spécialement conçu et dédié
  • Par des outils de BPM, qui peuvent y voir une seconde jeunesse après les promesses de la période SOA

Ces cas de figure permettent comme dit auparavant, également de mieux gérer le second point, la cohérence des données.


LA GESTION DE LA COHÉRENCE des micro-services

La cohérence canalise le sujet sur l’aspect données. Nous allons le résumer aux questions suivantes : 

  • Comment assurer la cohérence si on travaille sur plusieurs bases de données ?
  • Rollback ? On se complique la vie avec les micro-services ? 
  • On oublie l’ACID et on perd donc tous ses avantages ?


Probablement, ce qui va résoudre la moitié de ces cas de figure est le pragmatisme. Voici quelques exemples :

  • Un axe de simplification est porté par le découpage des micro-services : un découpage trop fin implique forcément une complexité croissante, donc attention à ne pas scinder là où on n’en a pas besoin. 
  • Un autre est de s’assurer de la bonne conception fonctionnelle maximisant les couplages lâches entre les objets, les taches et les processus, pour qu’on ait le moins de rollback à faire si une des opérations orchestrées n’aboutit pas.
  • Un troisième est une analyse de la rigueur / la sécurisation demandée pour chaque cas d’usage. N’oublions pas que chaque information traitée demande une attention différente. Les données de tracking des utilisateurs sur mon site internet peuvent avoir un niveau de certitude inférieur par rapport à la gestion des transactions bancaires liées aux achats sur le même site.

C’est à partir de ces réflexions qu’on balaie une partie des interrogations et qu’on peut se focaliser sur les sujets complexes d’intégration et gestion des micro-services, demandant la mise en place de pratiques d’orchestration visant à pallier à ces sujets de cohérence.

 



Les exemples discutés dans cet article n’ont pas vocation à être exhaustifs mais aident dans l’élaboration et la mise en application d’une démarche micro-services.


Les contraintes imposées par une démarche micro-services obligent à une réflexion très structurée dès la conception. D’où l’importance, comme nous avons pu le dire auparavant, de ne pas se focaliser uniquement sur du découpage fin mais de bien mener la réflexion autour des données, des interactions, des orchestrations et de la spécificité de chaque micro-service.


NB : nous n’avons pas distingué l’orchestration et la chorégraphie des micro-services dans cet article, ce sera le sujet d’une publication à venir !




Découvrez-en plus concernant l’expertise d’Erik : Architectures Innovantes.

Découvrir également
Découvrir plus d'articles
load