pro-sante-connecte-cest-quoi

Pro Santé Connect : un service d’authentification à fort potentiel

Pro Santé Connect : un service d'authentification à fort potentiel

7 juillet 2022

– 3 min de lecture

Erik Zanga

Manager Architecture

J’ai analysé Pro Santé Connect, un service fort intéressant avec plein de potentiels, réalisé dans les règles de l’art et qui suit les standards actuels du domaine de l’authentification. Mon retour : j’adore ! (oui bon laissez-moi mes kiffes hein…).

Pro Santé Connect, c’est quoi ?

Il s’agit d’un service d’authentification et d’identification des professionnels de santé.

Ce service est construit sur les bases des standards du marché actuel : OAUTH2 pour l’authentification et, cerise sur le gâteau, de l’OpenID Connect pour avoir le complément d’information d’identification qui va bien : que pouvons-nous demander de plus ?

À quoi sert Pro Santé Connect ?

Ce service permet qu’un organisme d’état certifie :

Pour être clair, il fonctionne un peu comme France Connect, mais son caractère médical, associé aux caractéristiques spécifiques de la profession, sécurisé et complété par l’OiDC, ouvre la possibilité d’exploiter beaucoup plus d’informations : quel est son lieu de travail ? dans quel établissement ? quelle spécialisation médicale le professionnel pratique ? et d’autres encore…

Pour finir, ces informations peuvent être propagées à des applications tierces, avec un simple transfert de jeton sécurisé, ce qui permet d’éviter les surcoûts et les efforts d’authentification à plusieurs niveaux.

Et alors, on en pense quoi de ce service d’authentification ?

J’adore. Je n’aurais pas fait mieux, ni pire… Techniquement ça a l’air de tenir la route et même plus.

L’utilisation de standards reconnus et plébiscités par le marché, alors que personnellement j’en ai ch…, pardon bavé… Veuillez m’excuser, j’ai eu un peu de mal dans le passé avec des standards d’interconnexion mal documentés, incompréhensibles… Ils étaient pondus par des organismes publics qui, dans un souci de sécurisation, avaient rédigé des documents illisibles et impossibles à utiliser. Bref, je pense qu’ils n’ont jamais rencontré de problèmes de sécurité, vu que personne n’a dû réussir à les implémenter…

Dans le cas de Pro Santé Connect, ceux qui ont déjà implémenté de l’OAUTH2 ou de l’OiDC, se retrouvent dans un cadre familier, clair, bien documenté, enfin un vrai plaisir (bon au moins de mon point de vue hein… laissez moi ce plaisir…). Pour les autres, ces standards sont tellement bien documentés que, avec un peu d’effort de lecture, on peut vite en comprendre les concepts.

Des informations certifiées, complètes, simples à lire ? Il est où le pépin ?

C’est beau tout ça, magnifique, dans ce monde parfait nous n’avons plus rien à craindre ! Plus de questions à se poser ! Nah…

Bon ce n’est pas forcément le cas, une alerte reste d’actualité et se base sur un concept cher à pas mal de DSI : la qualité des données traitées et leur fraîcheur.

Si le service a une chance de marcher tel qu’il est présenté, la collecte des informations devra se faire :

Or, la fusion de plusieurs référentiels dans un seul (le RPPS), en cours, plus l’effort que l’ANS semble mettre dans cette initiative, laissent présager des bons résultats.

En conclusion

La voie est la bonne, techniquement pas de surprise, une implémentation reconnue et éprouvée, un service qui nous plaît !

Et maintenant nous attendons le même service pour les personnes physiques, en lien avec Mon Espace Santé et les domaines associés !

Quelles fondations digitales / data pour soutenir votre SI de demain ?

Quelles fondations digitales / data pour soutenir votre SI de demain ?

28 juin 2022

– 2 minutes de lecture

Damien Blandin

Directeur Architecture, Data & Transformation

Le 23 juin 2022, l’équipe Architecture a animé un événement dédié aux fondations digitales et data. C’était l’occasion de partager avec les participants les témoignages exceptionnels de Catherine Gapaillard (Groupama) et de Yannick Brahy (STIME – DSI du Groupement Les Mousquetaires).

Image mise en avant

Retour sur notre petit déjeuner événement

Nos intervenants ont pris le temps de partager leur contexte, leur expérience, les spécificités de leurs directions , ainsi que les leviers : organisation, gouvernance et outils mis en place pour soutenir leurs systèmes d’information

3 Temps forts ont rythmé cette matinée:



Téléchargez notre livre blanc Architecture SI – Nos modèles de référence

Revivez l’évènement en photo :

A propos de Rhapsodies Conseil

Créé en 2006, Rhapsodies Conseil est un cabinet indépendant de conseil en management. Sa vocation : accompagner les programmes de transformation
de ses clients, depuis le cadrage jusqu’à leur mise en œuvre opérationnelle, sur 4 grands domaines d’expertise : Architecture & Transformation Data/ Digitale, Sourcing & Performance de la DSI, Paiements & Cash Management et enfin Agilité, Projets & Produits. Fort d’une centaine de consultants et d’une
longue expérience de la transformation des processus et du SI, Rhapsodies Conseil intervient auprès des Grands Comptes et ETI de secteurs d’activité variés (Banque, Assurance, Services, Industrie, Luxe, e-commerce,…). Expertise, Indépendance, Engagement, Agilité, Partage, Innovation et Responsabilité sont
les valeurs fondatrices du cainet et guident l’action de ses consultants au quotidien.

raisons-adapter-devops-architecture-innovante

6 Bonnes Raisons d’adopter DevOps

6 Bonnes Raisons d'adopter DevOps

21 janvier 2022

– 3 minutes de lecture

Pascal Ly

Consultant Senior Architecture

6 Bonnes Raisons d’adopter DevOps

1. Renforcer la collaboration et la coopération entre les départements Dev & Ops

Une organisation DevOps amène les équipes en place à adopter des changements positifs et à partager un objectif commun, à travers une communication fluide et transparente.
La coopération, la confiance et le respect mutuel profitent aux équipes et permettent d’atteindre le niveau d’agilité exigé.

2. Améliorer la qualité des développements applicatifs et la stabilité de l’application

L’analyse qualitative du code source intégrée dans le processus de développement, voire implémentée dans la phase d’intégration continue, permet de réduire les coûts de remédiation et de prévenir les défaillances de l’application.

3. Accélérer le déploiement, réduire les risques opérationnels et renforcer le time to market

Un management agile reposant sur le DevOps permet de délivrer à une fréquence plus importante, pouvant aller à plusieurs déploiements chaque semaine suivant les Sprints, et réduisant ainsi le time to market.

4. Diminuer les coûts IT

Les équipes Devs et Ops adoptent un outillage commun et une plateforme unique: l’Usine Logiciel, pour gérer le cycle de vie des applications, dès la phase de développement jusqu’au déploiement en Production.

5. Limiter le temps d’interruption de service

L’ensemble des tests automatisés permettent à l’entreprise de détecter en amont et plus rapidement les problèmes, évitant ainsi de mettre hors service leurs systèmes pour des raisons inconnues.

6. Intégrer la sécurité by design : DevSecOps

Intégrés à l’usine logicielle, les outils dédiés à cet usage permettent de se conformer aux règles de sécurité de l’entreprise et de maîtriser les risques. L’analyse se fait de bout en bout et couvre tous les aspects de sécurité, depuis la revue du code source jusqu’aux tests de vulnérabilité et d’intrusion.

Pour conclure : avancer étape par étape

Les bénéfices du DevOps sont donc aujourd’hui reconnus !
Pour atteindre ces objectifs, il est nécessaire de passer par différentes phases de transformation, aussi bien sur le plan humain que sur les aspects techniques.


Etes-vous prêts à franchir le cap et passer au DevOps ?


Infographie : 6 bonnes raisons d’adopter DevOps

Schéma 6 raison d'adopter DevOps
<br>
<br>

Découvrez-en plus concernant l’équipe de Pascal : l’expertise Architectures Innovantes.

livre-blanc-rhapsodies-architecture-si

Téléchargez notre livre blanc Architecture SI Nos Modèles de Référence

Téléchargez notre livre blanc Architecture SI Nos Modèles de Référence

12 janvier 2022

– 1 min

Damien Blandin

Directeur Architecture, Data & Transformation

L’entreprise data driven, la digitalisation de la relation client, l’amélioration de l’expérience client omnicanale, l’ouverture et la cloudification du SI sont autant de préoccupations actuelles pour les entreprises qui sont portées par les innovations technologiques du SI.

Le SI est désormais au cœur des décisions stratégiques de transformation des entreprises et conditionne leur capacité à accroître leur performance au travers d’une évolution permanente et continue.

L’Architecture SI se base sur des fondations digitales / data, des modèles de référence associés à des principes directeurs qui permettent de structurer et définir une vision cible du SI et les trajectoires de transformation associées.

Nos modèles de référence d’Architecture sont donc là pour vous aider à soutenir vos projets de transformation SI, à organiser et structurer la construction de vos fondations digitales / data pour établir une feuille de route cohérente de votre SI cible.

Au cœur de notre expertise, ces modèles de référence d’Architecture structurent notre approche méthodologique construite par R&D mais aussi éprouvée de manière très opérationnelle auprès de nos clients.

Dans ce Livre Blanc, vous trouverez une cartographie de toutes les fonctions attendues par modèle de référence afin d’éclairer vos choix de solution selon vos enjeux métier et vos contextes SI spécifiques.

D’autres modèles de référence d’Architecture viendront très prochainement enrichir et compléter cette première version.

Bonne lecture et à bientôt

Et si mon nouveau CRM devenait mon référentiel Client

Et si mon nouveau CRM devenait mon référentiel Client ?

ET SI MON NOUVEAU CRM DEVENAIT MON RÉFÉRENTIEL CLIENT ?

La question est légitime, car le CRM doit contenir l’ensemble des Clients / Prospects et l’information peut être tenue à jour par les commerciaux qui les rencontrent régulièrement. Mais avant de faire ce choix, quelques interrogations méritent d’être levées.

LA GOUVERNANCE À METTRE EN PLACE EST-ELLE COMPATIBLE AVEC MON CRM ?

Le CRM n’est pas le seul système à pouvoir créer, compléter ou mettre à jour des données Clients. Les systèmes de gestion, de facturation ou autres frontaux Clients influent également sur la vie de ces données. Appliquer au CRM l’étiquette de référentiel n’est donc pas suffisant. Il faut mettre en place l’ensemble de la gouvernance des données de référence Client (ou plus généralement concernant les Tiers) associées au principe de référentiel :

QUEL MODÈLE DE DONNÉE CLIENT DANS LE RÉFÉRENTIEL ?

Il faut également garder en mémoire que les CRM se concentrent par nature sur les éléments ayant trait à la relation commerciale avec les Clients. Or l’ensemble des données du CRM ne sont pas forcément à porter dans un référentiel. Inversement, dans bien des cas un CRM ne contient pas l’ensemble des données référentielles d’un Client (rôles du Client [payeur / commanditaire / bénéficiaire…], données techniques liées à la mise en place d’un service pour le Client…).

Construire le référentiel Client au sein du CRM implique donc de s’assurer que ce dernier contienne bien l’ensemble des données référentielles et de pouvoir aisément distinguer celles-ci des données à caractère opérationnel.

De plus, dans de nombreux cas cela implique également que des acteurs non commerciaux aient accès au CRM afin de maintenir ces données Client. La Direction Commerciale et Marketing souhaitera-t-elle ouvrir son outil à ces acteurs ? Ceux-ci accepteront-ils d’utiliser le CRM, outil qui n’est pas fait pour répondre à leurs propres besoins ?

QUEL PÉRIMÈTRE DE DONNÉES EST CONCERNÉ ?

Lorsque les clients sont des personnes morales, il peut être intéressant de croiser les données afin de savoir quels sont les clients qui sont également fournisseurs, quel est le chiffre d’affaire généré par un Client/Fournisseur vs la charge que représente ses prestations. Toute consolidation risque d’être complexe si les référentiels Client et Fournisseur sont distincts. Il s’agit pourtant dans les deux cas de personnes morales mais gérer ses Fournisseurs dans un CRM ne fait pas forcement sens. Dans ce cas, un référentiel ad hoc permettrait de pallier le problème. La problématique sera identique pour tout autre tiers d’intérêt comme les apporteurs d’affaire, les sous-traitants, les cautions / garants…).

ET LA TECHNIQUE DANS TOUT ÇA ?

Point inhérent aux précédents, le CRM a-t-il les capacités techniques pour assurer le rôle de référentiel ? Est-il capable de faire de la gestion de la qualité des données ? Ou alors s’intégrer avec un outil de DQM (Data Quality Management) spécifique ? Est-ce que le modèle de données du CRM est compatible ou suffisamment personnalisable afin d’intégrer le modèle de données de l’entreprise ? L’outil aura-t-il les capacités techniques pour diffuser l’information au sein du SI ? Supportera-t-il des dizaines de milliers de requête par jour ? Est-ce que le contrat de service associé à ce CRM est suffisant pour permettre à l’ensemble des applications qui en dépendent de fonctionner correctement ?

EST-CE QUE JE FAIS UN BON INVESTISSEMENT ?

Les aspects financiers sont également un élément-clé de la décision. Certes, de prime abord, utiliser le CRM comme référentiel Client permet d’éviter un investissement dans un nouveau système, mais à quel prix ? Combien coûte la mise en place (et l’exploitation) des fonctionnalités de référentiel au sein d’un CRM ? Combien coûtent la haute disponibilité, la qualité de service, les SLA qui n’étaient peut-être pas nécessaires pour le simple usage des commerciaux ? Combien coûtent les licences supplémentaires attribuées aux utilisateurs qui n’étaient pas dans le périmètre initial ? Le modèle de facturation du fournisseur est-il en cohérence avec l’usage que l’on souhaite en faire (un coût à l’usage peut s’avérer rapidement très onéreux) ? Est-ce que l’économie est réelle lorsque l’on compare cette option à la mise en place d’un référentiel dédié ?

QUELLES SONT LES AUTRES SOLUTIONS POSSIBLES ?

Si le CRM n’est pas l’outil le plus adapté à votre cas, quelles sont les autres possibilités ?

Les MDM (Master Data Management) sont a priori plus aptes à traiter les problématiques de référentiel de données puisqu’ils ont été développés dans cette optique. Ils possèdent des fonctionnalités pour traiter la saisie, la consolidation et la diffusion des données et intègrent généralement une couche de DQM permettant d’en assurer la qualité.

Toutefois, la prudence s’impose car tous les outils n’ont pas forcement la même maturité et tous proposent des fonctionnalités qui répondent à des besoins qui ne sont peut-être pas les vôtres. Pourquoi payer les fonctionnalités d’un progiciel si c’est pour ne pas les utiliser ?

Pour répondre à des besoins relativement simples, le développement d’une solution spécifique pourrait être considéré.

QUELLE EST LA MEILLEURE SOLUTION POUR MON RÉFÉRENTIEL CLIENT ?

CRM, MDM ou développement spécifique, il n’y a pas de réponse générique, mais il peut y avoir des conséquences sur l’ensemble du système d’information.

Bien que tous les éditeurs (de CRM) soutiennent que leur solution peut être utilisée en tant que référentiel Client, ils sont beaucoup plus tempérés une fois les besoins et contraintes à traiter exprimés.

Par ailleurs, et non des moindres, il faut noter que ce n’est pas uniquement le réceptacle qui fait le référentiel. C’est bien la gouvernance qui encadre la donnée qui permet de maintenir le point de vérité. Il est nécessaire de mettre en place une organisation avec des rôles et responsabilités définis ainsi que des outils adaptés respectant l’urbanisation et l’architecture du système d’information.

MAIS N’EN SOMMES-NOUS PAS À LA VISION 360° CLIENT DÉSORMAIS ?

Encore une fois, malgré des éditeurs de CRM et de MDM qui promettent la Vision 360° Client, il faut replacer ces solutions à leurs « justes » fonctionnalités et regarder vers de nouveaux outils autour du Big Data qui permettent effectivement la mise en place d’une « vraie » Vision 360° Client sans pour autant remplacer le CRM ni le Référentiel Client. Ces visions consolidées et cross-business sont généralement utiles aux clients eux-mêmes mais aussi et surtout aux commerciaux ou gestionnaires pour leur permettre d’être encore plus efficient dans leur travail au quotidien.

Notons surtout que ces nouveaux outils ne font que renforcer l’intérêt d’un Référentiel Client qui soit partagé au sein du SI car construire une vision 360° Client nécessite d’agréger en un point unique des données venant de l’ensemble du SI.

De nouveaux types d’architecture, incluant la mise en place de Data Lake, d’API, de frontaux digitaux permettent la construction et l’utilisation de cette vision 360° mais elle ne restera possible que si les données peuvent être corrélées les unes avec les autres. Cette corrélation est grandement facilitée lorsqu’un référentiel Client a été mis en place au cœur du système d’information. La vision 360° n’a alors plus qu’à relier tous les éléments métier autour du « golden record » Client unique.

iot-dans-alimentation

L’IoT dans la production & distribution alimentaire, un allié précieux à cultiver

L’IoT dans la production & distribution alimentaire, un allié précieux à cultiver

23 juin 2021

– Lecture de 3 min

Clément Lefranc

Manager Architecture

Préparation des champs, culture, traitement, récolte, acheminement, tri, emballage, préparation, … la liste est encore très longue avant que vous ne puissiez déguster votre produit.

Ceci est bien souvent imperceptible du grand consommateur mais les challenges à relever sont innombrables entre le champ et l’assiette.

Challenges d’autant plus compliqués à résoudre avec les enjeux qui courent :

  1. Nourrir 7,7 Milliards d’humain sur Terre avec une tendance à la hausse de 1,2% par an,
  2. Mieux répartir les denrées alimentaires pour éviter les gâchis aberrant et les famines navrantes,
  3. Jongler avec un climat capricieux qui joue avec les extrêmes entre sécheresse et inondation,
  4. Mieux manger avec une exigence réglementaire de traçabilité mais également impulsé par les consommateurs soucieux d’inverser la tendance,

Pour être efficace il faut agir sur chacun des maillons de la chaîne Production – Supply Chain – Vente tout en ayant une approche holistique.

Plusieurs révolutions ont bouleversé ces champs d’activité ces dernières décennies, une autre est en marche il s’agit de l’Internet Of Things.

L’IoT dans le champ : Agriculture 4.0

La production de denrées alimentaires est un secteur critique répondant à notre besoin primaire de se nourrir. Vous, moi, nous sommes désormais tous quasi dépendants de cette production qu’elle soit agricole, piscicole, …

Il faut optimiser les productions tout en respectant dame nature et ses ressources mais également les consommateurs finaux en garantissant une nourriture saine et de qualité.

La culture intensive est toujours très utilisée de par le monde mais aux vues des dégâts engendrés, des méthodes plus respectueuses ont émergé : agriculture raisonnée, durable, biologique, mais elles ne sont pas forcément viables dans tous les contextes (la perte de production pouvant se traduire par une perte de rentabilité sur un secteur déjà difficile et malmené).

IoT-dans-le-champ-Agriculture-4.0-609x1024

C’est là que les nouvelles technologies et l’IoT entrent en jeu.

A bien des égards il peut être aberrant et contre nature de barder de capteurs cette dernière.

Et pourtant, quelques capteurs/actionneurs connectés …

  • GPS,
  • Drone, Robot,
  • Sondes : température, hygromètre, baromètre, ensoleillement, accéléromètre, gyroscope, ultrason, infrarouge, caméra spécifiques
  • Actionneurs : relais, vanne, …


… bien localisés avec une empreinte faible sur l’écosystème constituent un important levier d’optimisation pour :

La GreenTech rayonne de plus en plus avec des solutions innovantes et diversifiées, que ce soit sur les objets connectés eux mêmes mais également sur les plateformes IoT spécialisées (Sencrop, Libelium, Observant, Agrilab.io, pycno, arable, …).

En France, la valorisation des données Agricoles est lancée, la société API AGRO a créé une place de marché (AgDataHub) permettant aux éditeurs de services digitaux, notamment les start-up, de co-développer de nouvelles applications web et mobiles pour l’agriculture numérique.

Bien que ce paroxysme de la maîtrise de l’environnement et de la réutilisation des ressources en circuit fermé est parfaitement atteint dans les cultures hydroponiques, ces moyens technologiques peuvent trouver leur place dans tous types de production de par leur polyvalence d’emploi et leur facilité de mise en œuvre.

L’IoT dans la Supply Chain : Industrie 4.0

2 tonnes de poissons frais arrivent au port, 1 tonne de fraises sortent de l’exploitation, la course contre la montre démarre pour mettre ces denrées sensibles et périssables à disposition des consommateurs finaux.

La Supply Chain entre dans la danse avec son infrastructure (Entrepôts, chaînes mécanisées, poids lourds, camionnettes réfrigérées, …), ses processus très normés et son lot d’enjeux :

  • Comment garantir la chaîne du froid : pas uniquement au niveau du contenant (palette) mais également au niveau du contenu (poisson) lui-même ?
  • Comment géolocaliser mes flux d’entrées/sorties de marchandise ?
  • Comment optimiser le temps de transport et éviter les retards ?
  • Comment automatiser le rapprochement de données entre marchandises commandées et marchandises livrées ?
  • Comment garantir la qualité de mon aliment fragile à son arrivée à destination ?

L’accessibilité, l’autonomie et la performance des capteurs IoT couplés à un réseau 0G (LPWAN) peuvent faire des miracles …

… en intégrant cet écosystème IoT au Système d’Information Supply (Warehouse Management System, Warehouse Control System, Manufacturing Execution System), l’ensemble devient connecté, plus efficient et proactif face aux défis et aléas à relever.

L’IoT en point de vente

Malgré la forte progression de l’e-commerce, 90% des ventes sont toujours réalisées dans les points de vente (PDV) physiques.

Ces derniers, en passant leurs commandes de marchandises, se positionnent en clients des deux précédents maillons (Production et Supply Chain). 

Ils ont donc une responsabilité certaine sur :

Mais également des exigences fortes sur la performance et l’agilité des deux précédents maillons pour obtenir de la marchandise de qualité en temps et en heure convenus.

Les points de vente ont finalement trois enjeux fondamentaux :

Là encore les acteurs de l’IoT ont su cerner ces cas d’usage et proposer des solutions aux Retailers pour optimiser les processus clés de leur métier :

L’IoT sur chacun des maillons de la chaîne (Production, Supply, Retail) a su s’adapter et décliner des solutions efficaces pour répondre à leurs enjeux propres. Le challenge à relever pour atteindre l’efficience de l’ensemble, réside dans la capacité de chacun des maillons à s’intégrer (partage de données IoT/métier) avec les autres pour créer un écosystème connecté et intelligent au service du “mieux manger” et d’un environnement durable.