Journée Mondiale de la Protection des Données
Transformations Data - Articles

Journée Mondiale de la Protection des Données

Il y a une journée mondiale de la protection des données et c’est aujourd’hui, lundi 28 janvier 2019.

 

C’est le Conseil de l’Europe qui a, le premier et dès 2007, proclamé une journée européenne de la protection des données à caractère personnel.

 

Dernièrement, et au-delà de GDPR (oui je fais le pari qu’il n’y a plus besoin de dire ce que c’est), l’actualité nous a montré à quel point les données personnelles étaient un enjeu énorme et qu’il y avait encore une longue route à parcourir. La liste des « évènements » liés aux données personnelles ne cesse de s’allonger : Amende Google, Facebook et Cambridge Analytica, vol des données d’élus Allemands, piratage « Collection #1 »… et ce ne sont que les plus emblématiques (il y en a de multiples rien qu’avec Facebook).

 

Au-delà du fait de mettre en place des responsabilités, des procédures et des outils pour se conformer à GDPR, il me semble important de mettre en avant quelques éléments-clés :

  • La finalité de GDPR c’est de protéger les individus : oui, il ne s’agit pas juste de protéger des données et de mettre en place des procédures,
  • GDPR ne peut être vue comme une simple approche de protection et de sécurité : le cycle de vie des données personnelles concerne quasiment tous les acteurs des organisations,
  • On parle beaucoup des « clients » lorsqu’il s’agit de GDPR : n’oublions pas que les « collaborateurs » d’une organisation sont également à traiter avec, a minima, la même sensibilité,
  • C’est la « finalité » des traitements sur les données personnelles qui permet de justifier ces traitements : cela milite pour une approche orientée « usages » pour avoir la bonne maille d’étude.

 

Dès lors, c’est au sein de la culture même de chaque organisation qu’il faut intégrer la protection des données personnelles et, plus largement, la valeur des données.
D’un côté, nous avons la culture d’une organisation qui peut se caractériser par ses valeurs partagées, ses croyances et convictions, ses pratiques, ses comportements.
De l’autre, nous avons une Culture Data qu’il devient de plus en plus nécessaire de partager le plus largement possible.

 

Il faut donc diffuser une Culture Data à tous les étages des organisations : C’est cela qui va permettre de prendre la mesure, à l’échelle de l’organisation, de la protection des données personnelles mais aussi de la valeur des données (qualité, disponibilité…).
Mais il faut faire cela en s’insérant dans la culture en place, pour venir l’étendre et l’enrichir, et pour s’assurer que cela est fait de façon durable.
En effet, penser qu’il suffirait de mettre en place un plan « Culture Data pour tous » générique et sans personnalisation est probablement voué à l’échec.

 

Et comme il ne faut pas rester sur un « échec », espérons que cette journée de protection des données personnelles permettra de faire avancer la Culture Data à tous les étages de la société.

Découvrir également
Découvrir plus d'articles
load