L’usage n’est pas la fonction
Architecture d'Entreprise - Articles

L’usage n’est pas la fonction

 

Quelle est la fonction d’un stylo ? A cette question, 99% des personnes interrogées répondront spontanément : à écrire, bien sûr !

 

L’architecte fonctionnel fait partie des 1% restants. Pour lui, la fonction du stylo est de libérer un fluide permanent sur un support durable. On l’oublie souvent, ce n’est pas le stylo qui écrit, mais  la main qui le tient !

 

Confondre usage et fonction n’est pas très grave dans la vie quotidienne. Mais pour l’architecte, la différence est fondamentale. Impossible de concevoir un système sans comprendre comment il fonctionne !

 

Plus important encore, l’architecte fonctionnel est toujours à la recherche de mutualisations. Or, ce sont les fonctions que l’on mutualise. Notre bon vieux stylo n’a qu’une seule fonction, mais il est apte à de nombreux usages : écrire, mais aussi dessiner, approuver un document par une signature, ou encore différencier les vêtements de nos enfants par une marque qui nous permettra de les récupérer (les vêtements, pas les enfants) à la sortie de l’école…

 

Analyser la fonction pour bien construire

 

Comme son nom l’indique, la fonction décrit le « comment » (comment ça marche) alors que l’usage décrit le « quoi » : ce qu’on peut faire avec.

 

Prenons l’exemple des véhicules à moteur : en majorité, leur fonctionnement repose sur la combustion de carburant. Pour les construire, pour en optimiser le rendement, il faut comprendre les lois universelles de la thermodynamique. Ces lois s’imposent à tous, constructeurs et  conducteurs.

 

A l’inverse, l’usage des véhicules peut être « customisé », en grande partie adapté à chacun, ou presque : quel rapport entre une moto, un camion de 35 tonnes, ou un 4×4 ?

 

Certaines ruptures technologiques permettent de modifier les usages, d’autres non. L’arrivée des véhicules électriques, par exemple, n’a guère modifié les usages : avec une voiture électrique, on ne peut pas faire plus de choses qu’avec un véhicule à moteur, et même plutôt moins dans l’état actuel des techniques. En revanche, optimiser leur fonctionnement demande à comprendre d’autres lois : celles de l’électromagnétisme, et du stockage de l’électricité.

 

Identifier les fonctions à mutualiser

 

Différencier la fonction de l’usage est également indispensable pour identifier les possibilités de mutualisation. Au 19ème siècle, l’essor de l’industrialisation ne fut possible que par la mutualisation : la gravure ci-dessous montre des dizaines de machines à filer alimentées par une seule machine à vapeur, au moyen de multiples poulies.

 

 

En langage d’aujourd’hui, un architecte fonctionnel pourrait décrire cette solution en ces termes : les ingénieurs de l’époque avaient mutualisé la fonction la plus coûteuse, transformer l’énergie thermique en énergie cinétique. Ils l’ont implémentée dans un seul composant : la machine à vapeur. Ensuite grâce à un système d’échange – arbres de transmissions, courroies, et poulies -, ils ont mis à disposition cette énergie sous forme de service, prête à utiliser par des dizaines de machines.

 

On peut noter au passage que ces consommateurs de services pouvaient en faire des usages différents : carder, filer, tisser…

 

Application aux systèmes informatiques

 

Tout comme dans une manufacture, la fonction est mutualisable aussi dans un système informatique. Par exemple, la composition de document est utilisable pour de nombreux usages : éditer des propositions, des contrats, des relevés de compte, ou encore des messages publicitaires. C’est ce qui explique le succès des outils d’éditique.

 

De même, on peut utiliser les mêmes formules pour calculer les frais à facturer à ses clients, et les commissions à verser à ses partenaires. Pour autant, rares les entreprises qui ont dévolu ces deux usages à un composant logiciel unique ! Et pourtant, ces calculs sont souvent complexes, et avoir à maintenir un seul moteur de calcul coûterait bien moins cher.

 

L’analyse fonctionnelle, c’est l’analyse de la valeur

 

Identifier la fonction pour la mutualiser est une des clés de la création de valeur, que ce soit dans la téléphonie mobile, dans la multiplication des outils de médiation (middlewares, ESB, EAIs…) qui mutualisent les fonctions d’échange ; et bien entendu dans le Big Data, promesse d’une exploitation fine des données qui commence à frôler les capacités de l’intelligence humaine.

 

L’évolution des technologies fait que de nouveaux champs du possible s’ouvrent à la mutualisation ; de plus en plus de fonctions sont mutualisables.

 

Quant au stylo, le clavier et le document numérique l’auront bientôt relégué au rayon des antiquités. Je vais quand même en conserver quelques-uns, par nostalgie, et pour me gratter l’oreille au cas où …

 

 

Alain Saublet

Découvrir également
Découvrir plus d'articles
load