sheep-agriculture-animals-countryside
Architectures innovantes - Articles

API Management : Au secours j’en ai mis partout !

API Management :  Au secours j’en ai mis partout !

Les APIs sont omniprésentes. Les métiers en demandent car elles promettent les plus belles perspectives commerciales, des effets boules de neige et de la démultiplication de valeur. Les consultants ne jurent que par cette solution. Pas un schéma d’architecture sans que l’API Gateway ne règne en maitresse, ayant comblé le moindre interstice entre les applications et s‘érigeant en barrière impérieuse entre les deux mondes du Legacy et des frontaux Web, chantre et cœur de l’IT bi-modal.

 

« Obnubilé par les promesses de l’API Management, la réflexion sur le bien-fondé de l’utilisation d’un échange synchrone est morte née. »

 

Votre direction a donc investi (cher) et la cellule d’architecture applique une stratégie d’API par défaut.

 

Mais obnubilé par les promesses bien connues de l’API Management, la réflexion sur le bien-fondé de l’utilisation d’un échange synchrone est passée au second plan. Tout comme la SOA avait imposé ses Web-Services pour des raisons de vitesse de propagation, l’API Management assoit sa domination sur sa supériorité technologique pour l’exposition à l’ensemble des partenaires.

 

« Les échanges synchrones n’offrent aucun mécanisme efficient de reprise des erreurs. » 

 

On en oublie une caractéristique et une limite intrinsèque à ce type de flux. Les échanges synchrones ne se justifient en effet que quand une réponse (et donc un aller-retour) est nécessaire, et ils imposent en contrepartie un couplage fort entre l’appelant et l’appelé, l’échange ne pouvant pas aboutir si l’appelé n’est pas disponible au moment précis de l’appel. Les échanges synchrones n’offrent ainsi aucun mécanisme efficient de reprise des erreurs techniques (des retry toutes les 5 secondes ? Pendant 1 heure par exemple ? avec de plus en plus de services qui ne répondent plus… ? Autant sortir les arva® et attendre le Saint Bernard).

 

On tombe ainsi dans des cas où le rejeu devient très gênant et où la responsabilité de ce rejeu est déporté vers l’appelant alors que son message était correctement émis, correctement formaté et qu’il ne tire aucun bénéfice de l’acquittement HTTP qui lui reviendra. On rencontrera particulièrement ce cas sur des appels visant à créer ou modifier des données. Qui est responsable du rejeu d’une fonction POST ou PUT tombée en erreur ? Pour peu que le partenaire appelant soit une application SaaS, un logiciel propriétaire voire pire un partenaire B2B, on se retrouve dans une impasse.

 

Les échanges asynchrones et leur pattern publish-subscribe apportent par construction une extrême résilience à ce type d’incident en persistant les messages et en laissant les destinataires maitres de leur rythme de consommation. Ajouter à cela la grande facilité de paramétrage d’une nouvelle cible -là ou une plateforme d’API demandera une nouvelle règle de routage- et l’on retrouve pourquoi les solutions asynchrones sont des impératifs d’un SI bien structuré.

« Il serait bien trop limitant de se passer d’un Portail d’API et de l’accessibilité externe qu’il offre» 

Favoriser l’asynchronisme est un bon principe de conception de flux.

 

Si l’échange est unidirectionnel, que la donnée peut être stockée chez le consommateur et que la fréquence de modification n’est pas trop importante, oubliez le synchronisme, rendez sa liberté au fournisseur d’information et appuyez-vous sur votre MOM ou EAI !

 

Pour autant il serait bien trop limitant de se passer d’un Portail d’API et de l’accessibilité externe qu’il offre. La facilité d’exposition offerte par ces solutions est sans pareil sur le marché actuel.

 

Appliquez-vous donc à construire un système hybride. Pensez l’API Gateway, et le package HTTP, REST et JSON comme un connecteur, une porte d’entrée sur votre SI, et débrayez immédiatement derrière sur une solution de bus de messages (MOM ou EAI) dès que cela est sensé.

 

En cassant la chaine du synchronisme on récupère la souplesse souhaitée, en maintenant la Gateway en frontal on conserve l’ouverture et la facilité d’utilisation.

 

Bruno Tardy

Découvrir également
Découvrir plus d'articles
load